Adresse
/
Téléphone
Trail des callunes à Ban-de-Sapt, samedi 6 février 2016 :
 
Trois coureurs du club ont participé au trail des Callunes avec succès, chacun dans une épreuve différente. Dans la course la plus relevée, le 24 kms où se trouvaient tous les "cadors", Laurent Mougel n'a pas démérité car sur 138 participants il termine à une belle 24ème place (16ème sénior).
Et les jeunes ont les dents longues puisque sur le 17 kms Louis Thiébaut termine 2ème au scratch et premier junior alors que sur le 10 kms, Teddy Lorentz se retrouve 18ème au scratch mais premier cadet ! Un grand bravo à eux.
 
 
 
 
 
Leurs impressions : ( ou comment se croire en direct dans la course, bonne lecture ! )
 
- Louis : " ... c'est mon avant-dernier trail hivernal, et il se trouve à 20 minutes de chez moi, au Ban de sapt, de plus il est organisé par le jardin paysager du même nom où je vais bientôt effectuer un stage dans le cadre de mon BTS. Par l’absence de neige, le parcours avait été rendu plus roulant. Or, j’affectionne les terrains techniques avec beaucoup de dénivelé, (d’ailleurs niveau dénivelé je serai servi dans 2 semaines au trail hivernal de la Moselotte, 1800 D+ pour 28kms) ! Ma famille et plusieurs amis étaient de la partie, à la tombée de la nuit, pour le départ à 17h45. J’ai décidé de ne pas partir très vite pour pouvoir revenir en fin de course, au bout de 6kms, après la plus grosse difficulté, j’étais 6ème. Les sensations était meilleures au fil des kilomètres, et mon effort vraiment régulier, et c’est ce que je recherchais ! A 5kms de l’arrivée , je remonte sur un groupe de 4 coureurs et les lâche dans la montée la plus raide du parcours. J’étais alors 2 ème. Malgré une fin de course à bloc je ne parviens pas à remonter sur la tête de course, et au final je termine donc 2 ème scratch et 1er junior. Mais ce que je retiendrai au final, c’est vraiment le plaisir que j’ai eu à courir sur ce beau parcours au milieu de cette nature magnifique ! Et bravo à Ingrid et Richard !"
 
Teddy :"Il est 17h40, avec mon papa nous allons retirer nos dossards, le départ est dans moins de 20 minutes maitenant, le temps de discuter avec les traileurs que nous connaissons et de prendre connaissance des lieux, le temps d'échauffement s'annonce court : il se restreindra finalement à quelques montées-descentes sur la route ainsi que des éducatifs types tels que les montées de genoux, talons fesses, pas chassés et griffés.
17h53 nous prenons place au départ, il y a déjà une centaine de personnes devant nous, des coureurs plus ponctuels que nous il faut croire. Le départ ne s'annoncera donc pas optimal mais je n'appréhende pas, cela a beau être mon premier, c'est loin d'être ma première course, je me dis juste qu'il faudra être plus vigilent que d'habitude. J'ajuste mon cache cou, me concentre : je suis prêt ! J'ai hâte, j'aime ça la compétition.
18h00 Top à la vachette ! Enfin top aux traileurs pour le coup ! L'envolée des moineaux est loin d'être fluide de notre côté, il faudra attendre une bonne cinquantaine de mètres avant de pouvoir réellement accélérer. Je décide de courir sur le bas-côté dans l'herbe afin de dépasser un maximum de personnes, je ne veux pas être retenu par l'entonnoir du pont qui se présente rapidement à nous. Quelques centaines de mètres à peine et c'est par de la montée que le parcours débute, je décide de courir uniquement sur la pointe des pieds pour optimiser ma foulée. On entre dans un chemin forestier, plus boueux, mon père est remonté à mon niveau, je lève la tête, apperçoit un gros paquet de personnes devant moins, ils sont déjà loin, je ne suis pas du tout essoufflé après ce départ plutôt lent, j'augmente mon rythme de course, et sème mon père. Avec 2 autres coureurs nous nous relayons à la 1ère place jusqu'à la fin de cette montée, et là enfin, de la descente ! J'allonge ma foulée pour atteindre une belle vitesse, il a beau faire noir, le faible halo de ma lampe frontale que je prends dans ma main (je suis plus à l'aise ainsi) me suffit amplement pour gagner une dizaine de places. Je sens un début de point de côté arriver, j'ai dû trop forcer dans la descente... Je ralentis et contracte mes abdos en retenant ma respiartion, une treintaine de secondes plus tard tout s'arrange, je repars de plus belle ! Un homme court avec son chien, il a déjà un certain âge, je décide de courir au train derrière cet homme pendant 1 kilomètre. Une nouvelle montée, alors que tout le monde commence à marcher, je me dis que c'est maintenant que je dois accélérer, je me mets sur la pointe des pieds et c'est parti ! Le sommet est vite arrivé, je me sens vraiment bien, je jette un oeil à ma montre je tourne aux alentours de 11km/h, c'est peu, j'accélère afin de recoller le groupe devant moi, encore de la descente, génial, rebelotte ! Le seul souci que je recontre depuis le début de la course est la ceinture de ma gourde, je n'ai pas l'habitude de courir avec sur des petits cross de 6km grand maximum. Si je ne l'ai pas remise 10 fois depuis le start, je ne l'ai pas remise ! Arrivé en bas de la descente, un nouveau point de côté se manifeste, aurais-je fait 2 fois la même erreur ? Effectivement ! (mieux vaut répéter plusieurs fois la même erreur afin d'en être bien sûr, non ?). De nouveau je ralentis, contracte mes abdos, retiens ma respiration... Abracadabra la douleur disparaît. Tant mieux. Arrive un croisement, un talus, un "coup de cul" dans le jargon, il y a une corde pour s'aider, un master (anciennement appelé vétéran) l'utilise, j'arrive sur lui à toute allure, ni une ni deux je bondis, espérant le passer en une foulée mais oups je glisse, m'appuie sur le sol afin d'éviter la chute et par le plus grand des hasards tombe sur une ronce ! Me voilà avec une épine dans le doigt, ce n'est rien, quand je pense que Rambo s'est déjà recousu avec du fil barbelé. Je jette un oeil à ma montre, 6.5km de parcouru déjà ! Le tracé débouche sur des tranchées, c'est vraiment sympathique de courir dans ce chemin pittoresque. Un coureur m'a rattrapé mais il ne peut pas me doubler, il n'y a pas assez de place ! Le rythme augmente donc naturellement et très vite c'est tous les 2 que nous recollons un coureur, il faiblit mais impossible de le doubler, de plus des arbres tombés nous obligent à soit sauter par-dessus soit se plier pour passer en-dessous, je choisis la 1ère option, cela doit bientôt faire 500m que nous sommes derrière lui et les tranchées perdurent, je décide donc une parade, le prochain tronc d'arbre arrive, il passe par-dessous, je donne une grande impulsion pour passer par-dessus et en redonner une autre depuis le tronc ! Super je suis passé, je peux accélérer mon rythme. Coup d'oeil rapide comme l'éclair sur mon cadran : il reste maintenant moins de 2km à parcourir. Le parcours donne sur un pré avec un fort dénivelé, un traileur revient dans le sens inverse en râlant "Mais p***** c,'est par où ?", je lève la tête, semble voir un piquet fluorescent, suis mon instinct et arrivé à ce piquet j'en vois un autre, puis un autre... L'épisode s'est répété au moins 15 fois, il fait nuit, je commence à croire que je tourne en rond quand tout-à-coup je vois une flamme, les guides l'ont allumée pour nous indiquer le bon chemin, il ne doit plus rester beaucoup de distance, j'accèlere et sors enfin de ce labyrinthe, je suis soulagé. Petit problème j'arrive à une intersection et rien n'indique le chemin à emprunter, je vois quelque chose qui réfléchit la lumière à gauche, je suis cette piste, il s'agit en fait d'un coureur, un quad arrive vers lui, et donc moi aussi, le conducteur crie "ce n'est pas par là, revenez". On ne comprend pas tout de suite, il se rapproche et nous fait signe, on recule, et c'est reparti ! Je ne le savais pas encore mais il s'agissait d'un cadet, il fait donc partie de ma catégorie, je le vois augmenter sa cadence, je suis et relance même, ça y est nous repassons sur ce pont, nous ne sommes plus loin de l'arrivée, j'allonge ma foulée et débute mon sprint, je donne vraiment tout ce que j'ai, tout ce qu'il me reste, tous les spectateurs sont autour de moi et crient, ce qui me donne de l'adrénaline : ça ne pouvait pas mieux tomber ! Le gars est loin il n'a pas pu suivre, je poursuis tout de même, et passe la ligne d'arrivée ! Je n'ai aucune idée du nombre de personnes me devançant, aucune idée de ma place dans ma catégorie. L'homme avec le micro vient me demander mes impressions sur la course, blablabla...
Au final je finis 18ème au scratch et 1er cadet, heureusement que j'ai sprinté sur la fin car sinon je ne serais que 2ème de ma catégorie.
Papa ne finit pas loin, seulement 6 minutes derrière moi.
J'ai beaucoup aimé cette course, même si je sais que j'aurais pu mieux faire, je suis très satisfait car c'est mon 1er trail et j'ai appris à me connaître d'avantage. Je reviendrai, … plus fort."